Un éco-quartier dans la commune d’Oulmes

Les conseillers municipaux siégeant à la commission qui a travaillé sur le projet avec le maire, étudiant le plan de l'éco-quartier, sur le petit pont qui fera office d'entrée dans le quartier.

Les conseillers municipaux siégeant à la commission qui a travaillé sur le projet avec le maire, étudiant le plan de l’éco-quartier, sur le petit pont qui fera office d’entrée dans le quartier.

Le site d’implantation

L’éco-quartier sera situé au coeur du bourg, près des écoles et de la mairie, face au parking des Ormes. L’objectif est d’attirer des familles de Fontenay-le-Comte et Niort, la commune étant à mi-chemin des deux villes et proche de l’autoroute. Les habitations seront orientées nord-sud, une orientation commune à toutes les maisons d’Oulmes.

 

L’éco-quartier

Le bâti sera à étage et l’implantation des maisons a été pensée de façon a ce que chaque habitation puisse bénéficier d’un apport solaire maximal.
Cet écoquartier comprendra 17 lots d’une surface de 407 m2 à 765 m2.

« Nous avons volontairement déterminé des emprises limitées afin
de préserver les surfaces agricoles, détaille le maire, Jean-Paul Dumoulin.
Un écoquartier n’est pas l’apanage des grandes villes. Notre projet est
le plus avancé en, milieu rural dans
le Sud-Vendée ».

Pour la commission qui a planché sur le projet, composée de conseillers municipaux et du maire, ce quartier est également conçu pour promouvoir les relations de voisinage. Le quartier devrait être réalisé au second semestre de l’année prochaine.

Les maisons et les aménagements

Les 17 maisons seront «toutes à basse consommation et à énergie positive. Depuis mai dernier, toutes les nouvelles constructions doivent d’ailleurs être de ce type.
Dans ce quartier, la circulation automobile se fera dans un seul sens, sur une largeur de voie limitée pour éviter la vitesse. Les piétons et les cyclistes auront, un couloir réservé.
De plus, il n’y aura pas d’installation d’écoulement pluvial, mais la gestion
de l’eau s’effectuera par chaussées réservoirs. Pas de trottoirs non plus,
mais des noues et des accotements enherbés.

Les études et le coût

Le projet date de 2008, initié au début du mandat du nouveau maire.
Les études se chiffrent a 140 000 €. Différents organismes sont intervenus pour les réaliser : un architecte urbaniste de Sainte-Hermine, Yves
Nicolas; l’architecte paysagiste Gwenael Tanguy, lecabinet de géomètres Christian Nlillet, le bureau d’études et environnement Daniel
Pierre et le bureau d’études fluides et énergies Jean-Claude Mallard.
La totalité du coût de la réalisation de cet éco-quartier se monte à
350 O00 € en estimation prévisionnelle, avec les études.

 

source : Ouest France

 

L’enduit : le revêtement préféré pour 75% des français

Essentiel dans la finition de la construction, il habille un bâtiment dans un but décoratif, mais surtout il permet l’étanchéité de la maçonnerie tout en la laissant respirer. différents aspects de finitions sont possibles, qui dépendent de l’outil utilisé.

L’enduit taloché présente une surface plutôt lisse, sans aspérité importante. On peut le griffer avec une planche à clous pour un rendu « gratté ».

L’enduit projeté est plus granuleux, un aspect obtenu en projetant la pâte à l’aide d’une machine et en la laissant à l’état brut.

L’enduit ribbé est caractérisé par une finition striée grâce à l’incorporation dans la pâte de petits granulats que l’on déplace avec la taloche. L’aspect le plus lisse sera obtenu avec l’enduit lissé (pour le plâtre), serré avec une lisseuse, une taloche en acier inoxydable.

Attention, toute opération qui modifie l’aspect extérieur d’une construction nécessite une demande de « déclaration de travaux », à retirer au service urbanisme.

En outre, certaines communes ont édicté une « Charte des couleurs » consultable à la mairie et qui impose, dans certaines zones, un nuancier à respecter.